Alternatiba ce sont des universités populaires à ciel ouvert où l’on apprend et réfléchit sur la question du réchauffement climatique (entre autre).
Nous n’avons pas choisi le nom de notre projet en connaissant ce mouvement. Mais ce n’est pas totalement un hasard, puisque c’est notre volonté à tous de trouver des alternatives qui permettront aux générations futures de vivre dans un monde heureux et harmonieux.
Ce week-end se tenait l’édition 2018 à Bayonne. Je suis allé en apprendre plus et je vous en rapporte un condensé (car oui il y avait plein , plein de choses à découvrir).
Après 4 mois, 5800 kms et deux cents étapes, les vélos à trois et quatre places du Tour Alternatiba sont arrivés à Bayonne. Symboles des alternatives pour la transition écologique, les vélos n’étaient pas les seuls exemples. En passant par la monnaie locale, l’énergie, l’agriculture, la solidarité, ré-emploi et recyclage, territoires et plus encore, il y avait plein de solutions à trouver.

Quelques exemples d’alternatives:

– Relocalisation de l’économie :
En choisissant l’Eusko vous relocalisez l’économie. En somme, aucun risque que vos achats ne financent les projets des multinationales. Cette monnaie locale, écologique et solidaire ne circule que dans le Pays Basque nord ! Et plus elle circule, plus elle développe les échanges entres les acteurs locaux. On compte aujourd’hui plus de 5000 monnaies locales à travers le monde, alors renseigne toi, il se peut qu’il y en ait une dans ta région !

– Enargia:
C’est une Société Coopérative d’Intérêt Collectif qui vise à fournir dans le Pays Basque de l’électricité 100% renouvelable et locale. Et ce, au même prix qu’EDF ! Stay tuned…
Privilégier les circuits énergétiques court, c’est sûrement l’une des meilleures façon d’être acteur de la transition énergétique, non ?

– Un taloa, épi c’est tout !
Ba non c’est pas tout.. Iñaki, producteur local (qui fait d’excellents fromages), nous explique lors d’une intervention la démarche de ré-appropriation des semences locales.
Le maïs Grand roux Basque fut rapporté par les pêcheurs (des Amériques je suppose ?) au 17e siècle et a été depuis sélectionné et planté de génération en génération: ce qui en fait une plante très bien adaptée au territoire. Délaissé dans les années 60 au profit du maïs hybride, du rendement et de la mondialisation, il refait aujourd’hui son apparition.
Avec la farine de maïs vous pouvez préparer toutes sortes de plats, dont le taloa (galette Basque). Mais l’absence de gluten rend l’opération plus compliquée car la liaison des ingrédients se fait mal… heureusement Iñaki nous dévoile le secret pour des taloas réussis: préparez la pâte avec de l’eau chaude. Bonne dégustation (et merci Iñaki).
Acheter des produits locaux c’est privilégier les circuits courts: plus écologiques et solidaires que les grandes surfaces (en plus on sait ce qu’on a dans notre assiette) !

– La gratuiterie:
Donner ce dont vous n’avez pas besoin. Prenez ce dont vous avez besoin. C’est aussi simple. Je porte toujours les mêmes fringues… alors j’ai donné le reste en espérant faire des heureux :). On est nombreux à avoir une armoire bien plus remplie que nécessaire, alors autant partager !

Il y avait là encore plein de choses à découvrir, mais l’article aurait pris la forme d’une encyclopédie.
N’hésite pas à nous raconter en commentaire tes expériences d’initiatives locales et alternatives !

& apprenez en plus sur Alternatiba ici:
https://alternatiba.eu/

Noé

Categories: Events