Nous délaissons la brousse, le pueblito de Bellavista et notre Work Away chez Gorge pour rejoindre la petite ville de Montañita. Plus au Sud, elle est reconnue pour son côté festif mais également pour sa magnifique droite de reef (fond rocailleux). C’est évidemment le deuxième aspect qui nous intéresse plus particulièrement !

Nous trouvons une auberge, quelque peu à l’écart des rues bruyantes, tenue par un jeune couple Argento-colombien adorable. Rooftop vue sur l’océan (à seulement 50 mètres), dortoir privatif, cuisine… le tout pour quelques dollars par nuit. 
Une fois “les papiers réglés”, ni une ni deux, board en mains, on se jette à l’eau. 
Première session sur la fin d’aprem, quelques vagues amusantes et un coucher de soleil magnifique sur cette immensité d’eau. 
Apparemment, la fameuse droite fonctionne mieux en début de journée. Pas de problème, “l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt“, l’avenir peut-être mais au moins les vagues c’est sûr… Nous réglons donc l’alarme du réveil sur 5h45

Les premières lueurs du jour se font déjà bien présentes. Un coup d’eau sur le visage en guise de vrai réveil, on enfile le board short et on part pour la Punta (spot de la vague). Nous arrivons vers 6h15

Le spot est juste un petit peu à l’écart de la ville. La vague fonctionne par série de 4/5. Elle forme un mur d’eau et une ligne parfaite. De plus, tôt le matin, le spot n’est pas surpeuplé, il y a des vagues pour tout le monde et c’est tant mieux !

Nous profitons de ces conditions jusqu’au alentours de 10h. Une session qui ravive nos papilles suite à une longue période sans surf. 
Les conditions pour la semaines s’annoncent correctes, le soleil bien présent, nous allons pouvoir profiter pleinement. 

Et c’est ce que nous faisons ! S’installe un quotidien composé d’une session le matin, d’un repos en fin de matinée après un petit déjeuner copieux, un repas suivi d’un peu de travail et de visite l’après-midi, une nouvelle sessions pour apprécier le coucher de soleil. Nous finissons la journée par l’ultime repas suivit de près par un petit apéro ou de simples discussions sur ce rooftop bien sympathique. On est pas pire comme dirait l’autre.

La semaine paraît plutôt calme pour une ville de fête mais il suffit d’attendre le weekend pour constater la différence. En effet, les touristes équatoriens se ruent sur la côte chaque weekend, la plupart venant de Guayaquil. Les soirées sont plus importantes et finissent au petit matin pour les retardataires. 

Une baisse de la houle la semaine suivante annonce notre départ de Montañita. Nous prenons le cap vers Mompiche pour essayer de surfer sa belle gauche. 

Quelques heures de trajet, une escale d’une nuit à Canoa, un taxi non-officiel pour finir le chemin. Nous sommes à Mompiche.

Mompiche

Petit village de pécheurs avec quelques touristes mais bien moins dynamique ou bruyant que Montañita ! Nous tentons une première nuit dans un camping à l’entrée du village. Un seul mot clés : MOUSTIQUES. A la nuit tombée, une quantité impressionnante de moustiques aguerris comme des vampires nous sautent dessus. Mêmes nos hamacs/moustiquaires ne font pas le poids… Nous ferons donc les autres nuits dans un hostel un peu protégé de ces petites bêtes.

Le spot de surf le plus connu se trouve au niveau de la pointe rocailleuse à gauche du village. Malheureusement pour nous, la vague est très capricieuse et demande une multitude de conditions. Nous n’arriverons donc pas à la voir durant les quelques jours de passage. Cependant, nous réussirons quand même à nous mettre quelques sessions sur la plage voisines. Rien de bien spectaculaire…

Nous terminons donc une période de surf bien animée et nous dirigeons encore une fois vers les montagnes équatoriennes, dernière étape avant la Colombie

Hasta luego !