Laissez-moi vous racontez mes 3 mois d’expériences à l’occasion d’un stage au Pérou, et plus précisément à Punta Hermosa.

Située à 40 minutes au sud de Lima, Punta Hermosa est devenue en quelques années la station balnéaire prisée par les habitants de la capitale péruvienne (et pas de n’importe quelle classe sociale). Ville incontournable pour les surfeurs, réputée pour ses spots mythiques, notamment celui de Punta Rocas.

A mon arrivée, je fus accueillis par Antonio.

Un sacré personnage d’une cinquantaine d’année, tout droit venu du Venezuela. Je suis devenu son colocataire pendant les 2 premiers mois de mon stage. Autant vous dire qu’il est devenu très rapidement mon professeur d’espagnol attitré. Antonio s’est chargé de me faire la visite des divers commerces du coin. Je me suis rendu compte que je vivais dans un quartier assez huppé. Il suffisait de passer le barrage tenu par la police municipal pour s’en rendre compte. Néanmoins, le centre ville de Punta Hermosa est tout aussi bien accueillant voir nettement plus vivant que mon lieu de résidence.

Ma vie à Punta Hermosa a été rythmé par 3 choses:
Le surf, les fiestas et le boulot…. ( Et oui il faut bien s’y mettre de temps en temps). 

Amoureux des vagues, cette ville est faite pour vous !!! Il y en a pour tous les goûts. Que vous soyez goofie ou regular, vous trouverez le spot qui vous correspondra. Punta Hermosa accueille chaque années des Contests de surf internationaux.
De plus, il n’est pas impossible de rencontrer et de surfer avec des champions du monde dans la discipline. Je pense notamment à Anali Gomez (Championne du monde ISA, catégorie open), j’ai pu admirer son style sur le spot de Señoritas et échanger avec elle lors de soirées bien arrosées.

Je ne peux vous parler de soirées sans évoquer Guillermo Contreras alias « Bagus ». Quarantenaire aux allures de trentenaire, son métier de professeur de surf lui a permis de lier ses 2 passions : le surf et les femmes …
Cet énergumène au grand coeur m’a enseigné tout ce que je devais savoir sur la culture péruvienne et Inca. Il est devenu mon compagnon de soirée, je dirais même mon « bro ». Il m’a aussi permis de rencontrer des vrais locaux, des enfants du pays. Ils m’ont conté leur jeunesse insouciante à surfer les différents spots de la région en utilisant le système «D». Cependant, ils regrettent amèrement les projets immobiliers qui ont vu le jours en l’espace d’une dizaines d’années. Ces derniers ont dénaturé le paysage côtier de cette petite ville.

Pour ma part, Punta Hermosa est un lieu agréable où vivre. Sa population locale est des plus accueillantes et vous ferrez sans aucun doute de belles rencontres. Si vous êtes à la recherche de bonnes vagues, je recommande vivement de passer quelques jours sur les spots du coin. En revanche, n’oubliez pas que Punta Hermosa reste une station balnéaire avec un aspect culturel peu développé.

Guillaume 

Hasta luego !